Silence ! On patine…

Depuis le 1er décembre, la patinoire de plein air a une nouvelle fois pris ses quartiers place Pey Berland. Jusqu’au 6 janvier les bordelais pourront venir patiner face à l’hôtel de ville. En silence.

La patinoire temporaire de Pey Berland

Cette année, pas de musique pour rythmer les chutes des patineurs. Crédit photo : JJ

Le hasard fait parfois bien les choses. Pour ce premier week-end de décembre, les températures hivernales sont tombées sur la cité bordelaise. Une baisse du thermostat qui coïncide avec l’ouverture de la patinoire en plein air de la place Pey Berland.

De 10h à 22h, les bordelais chaussent les patins pour s’offrir un moment de détente et quelques chutes. Seulement cette année, l’ambiance s’est sérieusement refroidie. Et pas seulement à cause des températures.

David, le responsable de la patinoire, le confie à demi-mots : « Il n’y aura pas de musique cette année, seulement les éclairages. Ça gênait les riverains et les bars voisins. Notamment le Café Français, bien que sans nous, il n’aurait pas beaucoup de clients en plein mois de décembre ».

Les commerçants profitent de la clientèle apportée par la patinoire, mais n'en supportent pas le bruit. Crédit photo : Jérémy Jeantet.

Les commerçants profitent de la clientèle apportée par la patinoire, mais n’en supportent pas le bruit. Crédit photo : JJ

 

Dans l’ambiance feutrée du Café Français, le maître d’hôtel confirme. « On a connu une très grosse hausse de la fréquentation pour le premier jour d’ouverture. Surtout en limonades ». En revanche, « je n’ai pas eu vent des difficultés avec la musique, voyez plutôt avec les riverains, ou avec la mairie ». Même son de cloche chez le buraliste. « Au contraire, la musique, c’était plutôt sympa, ça animait un peu la place ».

L’atmosphère silencieuse n’a toutefois pas découragé les premiers clients. Si la première journée a plutôt bien marché, la dizaine d’employés, écharpes aux cous et bonnets sur la tête, s’attend toutefois à des journées calmes durant la semaine, en tout cas jusqu’aux vacances scolaires.

L’affluence sera par la suite beaucoup plus importante. Principalement pour Tiffany, l’animatrice chargée du « Jardin des glaces ». En CDD jusqu’au 6 janvier, date de fermeture de la patinoire, elle surveille la patinoire réservée à l’initiation des enfants. « La petite piste est normalement limitée à 5 parents et enfants, mais il y a beaucoup de monde l’après-midi ».

 

Le "Jardin des Glaces" accueille les patineurs en herbe. Crédit photo : Jérémy Jeantet

Le « Jardin des Glaces » accueille les patineurs en herbe. Crédit photo : JJ

 

Elle n’est pas la seule en contrat temporaire. Hormis David, qui travaille à Mériadeck le restant de l’année, ils sont tous en poste jusqu’à la fermeture de la patinoire, voire quelques jours de plus pour ceux qui se chargeront du démontage.

Ce qui explique la moyenne d’âge relativement jeune des employés. Il faut aussi qu’ils tiennent le rythme. « La dizaine de personnes tourne tout le long de la semaine ». Avec une fermeture à 22h, les journées ne se terminent pas avant 23h30, le temps de ranger, d’arroser la piste et de la « surfacer », autrement dit la lisser afin d’enlever les excédents de neige qui pourraient s’y trouver.

« Les températures négatives sont une bonne chose, il y a moins besoin de refroidir la piste. Et avec les jours, elle va s’améliorer avec les couches de glace qui vont se rajouter ». De quoi réjouir des patineurs. Pour l’ambiance, reste plus qu’à chanter. Ça n’a pas l’air de gêner pas grand monde finalement.

Jérémy Jeantet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *