Lettre ouverte à mes compatriotes hygiéniques

Il y a un mois, « ceciestunexercice » décidait de publier une lettre ouverte de Monsieur Tampon destinée à tous ces compatriotes hygiéniques pour dénoncer ladite « Taxe Tampon ».
Une taxe de 20% appliquée à l’ensemble des produits hygiéniques féminins qu’il voulait abaisser à 5,5% s’il était élu. Hip Hip Hourra, voilà chose faite!
Si l’Assemblée Nationale à rejeté cet amendement, en seconde lecture au Sénat, les députés ont voté en faveur de cet abaissement. 
Les féministes se réjouissent de cette bonne nouvelle mais restent prudentes. Elles craignent que les industriels et les distributeurs ne répercutent sur les prix des protections périodiques qu’il sont les seuls a pouvoir fixer.
Le collectif féministe Georgette Sand a assuré que cette vigilance sera mise en place par leur soin et avec l’aide de tous les citoyens et citoyennes.
Ci-dessous, vous trouverez l’article contenant la lettre de Monsieur Tampon. 

 

Dans la nuit du 14 au 15 octobre, l’Assemblée nationale a rejeté la demande de députés socialistes d’abaisser le taux de TVA de 20 à 5,5% sur les produits hygiéniques féminins. Le candidat aux élections présidentielles hygiéniques 2017, Monsieur Tampon, a voulu réagir dans une lettre adressée à ses compatriotes tampons, serviettes et coupes menstruelles.

changement tampon copie

Monsieur Tampon,
Candidat aux élections présidentielles hygiéniques

Paris,
Le 9 novembre 2015

Mes chers compatriotes,

Moi, président Tampon, je remettrai à l’ordre du jour l’amendement qui changera notre statut. De produit de luxe, nous passerons à produit de première nécessité.

Il est incompréhensible que nous, tampons, serviettes et coupes menstruelles, soyons taxés à hauteur de 20%. Je m’engagerai à rabaisser ce taux de TVA à 5,5% voir à 2,1% comme pour les médicaments remboursables par la sécurité sociale.

Une fois l’amendement voté, nous serons moins chers, donc moins critiqués. Parce que nous ferons économiser à nos clientes, qui ne représentent pas moins de 14,7 millions de femmes, 60 euros par an, soit 2000 euros sur 35 ans.

Le gouvernement a chiffré à 55 millions le manque à gagner ? Je m’engage à augmenter le taux de TVA des boissons sans alcool de 5,5% à 20%. Parce qu’acheter du jus de fraise, c’est un choix. Acheter des tampons, c’est une obligation.

Capture d’écran 2015-11-09 à 17.32.20

Moi, président Tampon, je me battrai pour que les hommes politiques français n’aient plus peur de prononcer les mots « tampon » ou « serviette ».

Quand à 1 heure du matin, le 15 octobre, des député(E)s ont débattu de la taxe tampon, le malaise était grand. Ils ont préféré « produits particuliers », « produits de protection hygiénique féminine » à « tampons » et « serviettes ». Et, quand l’un d’entre eux s’est risqué à parler de « coupe menstruelle », il s’en est excusé par avance. Ben voyons… c’est « un sujet difficile pour les hommes » s’est-il exclamé. Le tout couvert par des rires gênés.

Je créerai des ateliers pour libérer nos chers députés sur le sujet.

Je ne tolérerai plus que dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, nous soyons comparés à de la mousse à raser.
Pour Christian Eckert, le secrétaire d’Etat au budget, les protections hygiéniques ont leur équivalent pour les hommes : la mousse à raser. Une remarque Monsieur le secrétaire d’Etat : Si demain nos clientes indisposées ne nous utilisent pas, elles sortiront dans la rue, avec une tache de sang au niveau de l’entre-jambe. Si demain un homme sort de chez lui sans utiliser sa mousse a raser, il aura… de la barbe. Les conséquences pour lui, vous le concevez, seront bien moindres.

Moi, président Tampon, je nommerai Osez le Féminisme ministre de la Culture et les FièrEs ministre de la Communication.

Pour lutter contre les stéréotypes dont nous sommes victimes, Osez le Féminisme a lancé le 18 octobre une campagne « Sang Tabou – Les règles, c’est pas la honte ».
Grâce à ce genre d’initiatives, nous parviendrons à lever le tabou des règles. Nous espérons ne plus être cachés au fond des sacs à main, au fond des chariots dans les supermarchés, dans une pochette, avant d’aller aux toilettes.

Il y a aussi les FièrEs, qui suite au « non » de l’amendement ont su me convaincre de leurs compétences et de leur créativité en matière de communication avec leur action « Culotte Gate ».
Envoyer des culottes tachetées de faux sang aux membres du gouvernement… C’est audacieusement culotté. Passé l’étonnement de l’initiative, je mesure Ô combien nous avons besoin de désacraliser les mythes autour des règles en passant par des actions… sanglantes.

assemble?e nationaleLes Garçes, le collectif féministe de Science Po Paris a réagi à sa manière, non loin de l’Assemblée nationale.

Moi, président Tampon, je nommerai Georgette Sand ministre des Affaires étrangères et du Développement international.

Le collectif Georgette Sand, à l’origine de la pétition contre la TVA appliquée aux protections périodiques, est déjà en contact avec des féministes en Europe. Avec plus de 26.000 signatures récoltées, c’est grâce au collectif que l’amendement a été porté à l’Assemblée nationale. Des féministes anglaises, italiennes et allemandes ont aussi lancé leur pétition.

Gaëlle Couraud, une membre de Georgette Sand, m’a glissé à l’oreille que le 11 novembre à 15 heures, un nouveau rassemblement aurait lieu à Paris. Elle a appelé les féministes européennes à suivre le mouvement. Mettre la pression avant la seconde lecture de l’amendement au Sénat qui débutera le 19 novembre… habile! Il faudrait que la Commission et le Parlement Européen prennent à bras le corps notre problème. Je tire peut-être sur ma ficelle, mais il le faut. Le changement, c’est maintenant.

Moi, président Tampon, je dialoguerai donc avec mes homologues anglais, Mrs Sanitary Towel, italien, Signore Tampone et allemand, Frau Binde, pour arriver un jour à notre émancipation.

Je serai le président de tous les Tampons, Serviettes et Coupes menstruelles,

Monsieur Tampon.

Propos recueillis  par Yael Benamou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *