Le crowdfunding cartonne à Bordeaux

Une première dans la région. Pour restaurer l’une de ses pièces maîtresses, le musée d’Aquitaine de Bordeaux lance un appel aux dons via Culture Time, la plateforme française spécialisée dans le mécénat participatif. Un choix qui révèle l’importante vitalité du crowdfunding, particulièrement à l’échelle locale où les campagnes de financement participatif rencontrent un large succès.

Le crowdfunding au secours de Montaigne au Musée d'Aquitaine

Le crowdfunding au secours de Montaigne au musée d’Aquitaine

18h. Le musée d’Aquitaine ferme ses portes. Dans le hall, les agents attendent patiemment les derniers visiteurs, priés de regagner la sortie. Le bâtiment se vide peu à peu dans le calme et le silence le plus total. A la droite de l’accueil, un couloir sombre débouche sur une salle déserte. Les murs sont tapissés de noir et seuls quelques spots de lumière éclairent un imposant tombeau qui se dresse au milieu de la pièce, le cénotaphe de Montaigne.

Ce monument datant du XVIe siècle, classé au titre des monuments historiques, est l’un des chefs-d’œuvre de la collection permanente du musée d’Aquitaine. Aujourd’hui, sa lecture est rendue difficile par la succession d’interventions subies au cours des siècles et il présente d’importantes altérations structurelles ainsi qu’une surface jaunie.

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=I6X7O5KPlK8[/embedyt]

Pour restaurer et mettre en valeur ce monument emblématique, le musée a décidé de recourir à un mode de financement inédit mais véritablement ancré dans l’air du temps : le financement participatif ou crowdfunding.

Le financement participatif est désormais une forme de levée de fonds habituelle pour les structures culturelles. Il permet de collecter des fonds auprès d’un grand nombre de particuliers et d’entreprises, via une plateforme web.

L’appel aux dons est alors lancé sur Culture Time où les donateurs sont invités à contribuer selon leur envie. En retour, ils bénéficient d’avantages fiscaux et de contreparties offertes par le musée, qui varient selon la somme versée.

« On a beaucoup réfléchi avant d’opter pour le crowdfunding » explique Laure Bouvard, coordinatrice du site Pour Montaigne. « Montaigne est une figure majeure de Bordeaux. A l’origine, on ne pensait viser que le public local et national mais à notre grande surprise, les dons affluent du monde entier. Aux États-Unis et en Angleterre, où il existe de véritables sociétés montaignistes, les internautes soutiennent notre projet ».

Le musée d’Aquitaine est le premier musée de la ville de Bordeaux à recourir au financement participatif. Un choix qui révèle l’impressionnante montée en puissance de cette économie collaborative.

Un secteur attractif

Aujourd’hui, le crowdfunding est en plein essor. Kickstarter, Kisskissbankbank ou encore Ulule, les sites de financement participatif ne cessent de se multiplier sur la toile. En 2015, le montant des fonds collectés sur l’ensemble des plateformes a quasiment doublé, atteignant les 296,8 millions d’euros contre 152 millions en 2014. Un secteur de plus en plus attractif comme l’attestent les chiffres du baromètre du crowdfunding en France.

Conscients de cette forte attractivité, certains misent sur la proximité afin de permettre le financement de projets locaux. C’est le cas du journal Sud Ouest qui s’est lancé dans l’aventure en juin dernier avec le Crédit mutuel, en créant Sokengo, sa propre plateforme tournée vers les initiatives de la région.

Pour le quotidien, c’est l’occasion d’apporter aux projets une plus-value éditoriale en jouant sur la notoriété du journal et ses réseaux de diffusion. Pour le groupe bancaire, c’est un formidable outil pour tester une idée sur un marché.

Mais le leader incontesté sur le créneau du financement participatif local reste BulbinTown. La plateforme française, qui se définit comme « le site de crowdfunding des territoires et de la proximité », tire sa force dans son ancrage local. Considérés comme des acteurs du développement de leur territoire, les donateurs sont invités à soutenir et à investir près de chez eux, dans le savoir-faire français.

En trois ans, BulbinTown a su imposer sa marque en nouant des partenariats avec des organismes territoriaux. Au printemps, la CCI de Bordeaux s’est associé à la plateforme pour développer Bordeaux Gironde Funding, un portail en ligne qui permet aux entreprises girondines comme aux jeunes entrepreneurs locaux, d’accéder facilement au crowdfunding et de bénéficier du service proposé par BulbinTown pour financer leurs projets.

Une opportunité pour les jeunes entrepreneurs

Chez les Trois Pinardiers, au 225 Cours de la somme à Bordeaux, le compte à rebours s’affole. Derrière leurs bureaux, les fondateurs Simon, Louis et Quentin vaquent à leurs occupations habituelles, en toute modestie. Dans quelques heures, leur campagne de financement participatif sur BulbinTown arrive à terme. « Heureux mais surtout rassurés » admettent-ils. Rassurés car l’objectif de leur projet est déjà atteint. Heureux puisqu’il dépasse toutes leurs attentes.

Simon, Louis et Quentin peuvent se réjouir. Grâce à la générosité des internautes, leur wine truck devrait sillonner les routes l'été prochain.

Simon, Louis et Quentin peuvent se réjouir, leur wine truck devrait sillonner les routes l’été prochain

Suite à l’ouverture de leur cave à vin en novembre 2015, les trois jeunes entrepreneurs développent de nouveaux concepts pour « dépoussiérer le métier de caviste » et s’imposer dans un milieu ultra-concurrentiel. Après avoir initié la livraison en scooter électrique, ils se lancent dans un nouveau projet : le wine truck.

Leur idée est simple. Acquérir et retaper un fourgon vintage afin de créer une cave à vin itinérante. Alors pour concrétiser l’affaire, quoi de mieux qu’une collecte de fonds sur le net ?

infographie3pinardiersAvec leur campagne de crowdfunding et la communication que celle-ci engendre, les Trois Pinardiers ont su mobiliser une communauté de généreux donateurs. En six semaines, ils récoltent 10 100 euros de dons, dépassant largement les 7 000 euros d’objectif.

L’idée est de fixer une somme de départ assez raisonnable car les dons collectés sont versés à condition que les projets atteignent les 100% d’objectif. Si on atteint les 99% le dernier jour de la campagne, tout est foutu, on ne touche rien.

Pour ce qui est du choix, la plateforme s’est imposée d’elle-même. « Le suivi offert par BulbinTown pendant la campagne est important » explique Quentin. « On se sent bien épaulé contrairement à d’autres sites de crowdfunding ». Un accompagnement bénéfique pour les jeunes entrepreneurs.

Des projets locaux qui se concrétisent

Myriam La Selve a tout lâché pour donner vie à son idée. Après avoir quitté son poste chez Cdiscount, elle se lance dans la création de Zù, le guide de Bordeaux « 100% kids friendly », à destination des familles et entièrement gratuit. Un saut dans l’inconnu pour cette jeune maman qui vient de finir en beauté sa campagne BulbinTown.

50 000 exemplaires de Zù distribués, un aboutissement pour Myriam La Selve

50 000 exemplaires de Zù distribués, un aboutissement pour Myriam La Selve

« J’ai d’abord eu un premier contact avec un coach de la CCI de Bordeaux » affirme-t-elle. « Dès le début, BulbinTown nous conseille sur la rédaction de la page du projet, sur le plan de com à adopter. Comment mobiliser les contributeurs, comment définir les contreparties pour les donateurs… Il y a un réel suivi tout au long de la campagne, avec un point d’étape chaque semaine par mail ou par téléphone ».

L’objectif de départ est largement atteint. Le financement participatif permet à Myriam de récolter 3 884 euros pour diffuser et promouvoir le petit guide. « Il ne faut pas oublier que sur cette somme, la plateforme empoche 8 à 10% de commission » ajoute-t-elle.

Comme les Trois Pinardiers et d’autres encore, Zù est un modèle de réussite pour le crowdfunding à Bordeaux. Alors une question se pose, le financement participatif local peut-il se résumer à un simple effet de mode ? Face à un secteur bancaire de plus en plus sélectif et réticent, difficile d’en douter.

Valentin Gény

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *